Epson GT-S50: pour un coup d’essai c’est un coup de maître !

Produits & Services

Première tentative d’Epson, grand fabricant de scanners à plat devant l’Eternel, dans la numérisation GED à défilement, le scanner GT-S50  (et son grand frère GT-S80) atteint les sommets du genre, face à des concurrents implantés depuis des années sur ce marché, comme Fujitsu.

Le GT-S50, que nous avons pu prendre en mains pendant plusieurs jours, permet de numériser et d’archiver à grande vitesse des quantités impressionnantes de documents papier pour toutes sortes de métiers (juridiques, médicaux, administrations, sécurité, etc.) Il numérise toutes sortes documents en recto-verso et en un seul passage. Au-delà des feuilles volantes et des liasses, les cartes de visite, les papiers administratifs ou précieux, et les documents en relief, ne lui font pas peur !

Mini présentation en vidéo…
Epson GT-S50, le scanner GED qui impressionne
par GC

Un pas de géant pour Epson

Cette nouvelle ligne de scanners à défilement qui comprend un modèle « haut de gamme », le GT-S80 (numérisation jusqu’à 40 pages par minute et 80 images par minute, avec capteur ultrasonique capable de détecter les doublons, même à très grande vitesse) et le modèle GT-S50, que nous avons pu tester quelques jours (il numérise à la vitesse de 25 pages par minute ou 50 images par minute), fait faire un pas de géant à Epson. Ce fabricant japonais reconnu, notamment  dans le monde de l’impression jet d’encre et laser, mais aussi dans les scanners à plat (du grand public au monde professionnel), n’avait pas en effet jusqu’ici à son catalogue des modèles à défilement pour concurrencer efficacement les cadors du secteur, Fujitsu ou Canon par exemple.

En l’occurrence, on peut dire quelques semaines seulement après leur sortie, qu’il s’agit-là de modèles bien nés, faits pour s’intégrer dans n’importe quels types de besoins, jusqu’à la GED la plus pointue.  A la clé : une bonne solidité de fabrication, une ergonomie bien étudiée (un panneau de contrôle très peu boutonneux doublé d’un écran LCD deux lignes), une richesse fonctionnelle étonnante dopée par l’utilisation de connecteurs (nous verrons ça plus loin) et une offre logicielle tout aussi convaincante. En outre, notons que le produit est très compact et a cohabité plusieurs jours avec le fouillis de mon bureau sans se faire remarquer… A noter qu’il existe une version réseau (GT-S50N) pour ceux qui veulent « déporter » le dit appareil et le partager au sein d’un réseau local.

Des caractéristiques au poil

Réunissant ce qui se fait en matière de technologies et faisant appel à de nombreux brevets maison, le GT-S50 s’avère à l’usage d’un très grand confort d’utilisation. Tout cela est notamment rendu possible grâce à des fonctionnalités de détection automatique de la couleur et de reconnaissance des formats, de recadrage automatique et de conversion de documents multipages en multiples fichiers distincts, et bien d’autres raffinements encore. La présence d’un chargeur automatique de grande capacité fait aussi beaucoup pour le plaisir d’utilisation.

En pratique, on peut scanner rapidement toutes sortes de documents jusqu’au A3 recomposé, même si le format « standard » est le A4 (compatible A6, A5 et B5). La résolution standard est de 600 DPI (200 Dpi maximum sont à conseiller pour obtenir les meilleurs résultats en OCR et surtout les plus rapides).

Dans son argumentaire, Epson ajoute un point très tendance : le respect de l’environnement. En effet, le scanner a été conçu sans mercure et est doté de la technologie maison ReadyScan LED permettant le lancement immédiat d’une numérisation, sans aucun préchauffage !

Autre élément plaidant en faveur du GT-S50, bien dans la tradition des drivers Epson, le pilote EpsonScan (compatible Twain mais aussi Isis) qui intègre beaucoup de fonctions avancées, notamment dans le domaine du traitement des images (jusqu’à 600 Dpi). Etant axé OCR et GED, on ne s’étonnera pas d’y trouver de nombreuses ressources dédiées à ces usages : suppression des couleurs, suppression des pages blanches, amélioration du texte, segmentation automatique de zones, création de PDF sécurisés et indexables, etc.

Mais surtout, surtout : comme son grand frère GT-S80, le GT-S50 est le seul de sa catégorie à être doté d’un écran LCD de deux lignes. Avantage : un grand confort d’utilisation et la possibilité d’accéder à des fonctionnalités personnalisées « scan-to-job » (voir plus bas), paramétrées via une solution logicielle Epson Event Manager, fournie en standard. Au quotidien, le fait de pouvoir prérégler jusqu’à 10 fonctions standards (par exemple « scan recto-verso noir et blanc en 200 Dpi ») et d’invoquer ensuite ces fonctions à l’aide de deux touches seulement est un pur bonheur !

On peut ajouter à ces mérites, la possibilité de scanner vite et bien (et sans bourrage) des liasses de documents, de cartes de visite (indexées dans un logiciel fourni dans le package), de cartes d’identité et autres documents précieux (via l’usage d’une pochette de protection). Tout cela en collaboration avec tout ordinateur sous Windows XP ou Vista, en passant par Mac OS.

Ces deux scanners sont accompagnés de solutions logicielles destinées à accroître la productivité et à faciliter la gestion des documents. Il s’agit pour le GT-S50 de Presto PageManager 8 pour la gestion et l’archivage des documents, d’ABBYY FineReader Sprint, pour l’OCR (fonctionnant dans 177 langues) et de Presto! BizCard, pour la récupération des données de cartes de visite et leur intégration automatique dans une base de données. Avec toute cette batterie logicielle, mais aussi en utilisant d’autres solutions (via Twain ou Isis), le GT-S50 (et son grand frère GT-S80) peut devenir le cœur d’un système GED (ou bureautique) complet. D’autant qu’il y a les connecteurs, dont nous allons vous parler immédiatement…

Les connecteurs et L’Epson Event Manager, les points forts de ce scanner

Il suffit en effet de presser une seule touche pour envoyer des documents numérisés vers des périphériques ou applications prédéterminés, ce qui réduit sensiblement le nombre d’étapes habituellement nécessaires pour ce genre de manipulations.  On peut accéder ainsi à des fonctions personnalisées « scan-to-job » (scan2mail,  scan2fax, scan2print, etc .), paramétrées grâce à la solution Epson Event Manager. Un paramétrage qui fait appel ce que l’on appelle des «connecteurs ».

Un exemple concret ? Citons le connecteur « Scan to sharepoint », avec lequel on a la possibilité d’insérer des documents numérisés directement dans Sharepoint de Microsoft, ce qui est pour l’heure une exclusivité.  Les connecteurs ne sont pas nécessairement là pour piloter des solutions logicielles, mais aussi transférer les données images ou textes vers un serveur FTP, une imprimante, une multifonction, un support de stockage quelconque, etc. Epson fait même la démonstration d’un connecteur vers un vidéo projecteur (Epson étant un acteur majeur dans ce domaine…). Une solution qui remplira de bonheur les professeurs, les DAF en entreprises ou les juristes d’affaire, et bien d’aut
res métiers encore. Dans le milieu scolaire, via l’appui sur un seul bouton et toujours grâce à un connecteur ad hoc, un document long de plusieurs pages peut se voir en quelques secondes numérisé, transféré automatiquement sur un vidéo projecteur, et en parallèle (tout aussi automatiquement) se retrouver sur un serveur FTP ou Web pour être accessible en ligne ! Comme en outre, les connecteurs se développent aisément en VBS (Visual Basic ou .net), les SSII ou développeurs centrés sur des marchés verticaux peuvent réaliser en très peu de temps des connecteurs personnalisés, adaptés aux métiers de leurs clients et à leurs besoins…

Reste le prix, somme toute raisonnable eu égard aux capacités du produit : à partir de 548 € HT pour le modèle USB standard (625€ HT pour la version  Ethernet réseau). Pour infos, le GT-S80 (plus sophistiqué et encore plus rapide) s’affiche à 878 € HT ou 955 € HT en version réseau (GT-S80N). Un quasi-sans fautes donc, qui pourrait bien permettre à Epson de grignoter des parts de marché sur les leaders du domaine…