Parallels Desktop 4.0 : la meilleure solution pour faire tourner Windows et Linux sur Mac ?

Produits & Services

Concurrent de toujours sur MAC de Fusion de VMWare avec qui il se livre un mano a mano impressionnant depuis des mois, Parallels dans sa version 4 prend les devants à la fois par une plus grande facilité d’installation et d’utilisation, que par des performances en très nets progrès, y compris côté graphismes avec depuis peu la gestion intégrale de Direct X 9.0. Même des applications très gourmandes, comme la plupart des jeux, ne lui font pas peur…

Même si de petits malins, et des medias reprenant leurs astuces, ont réussi à faire tourner MAC OS sur des PC, des portables et même des Netbooks au grand dam d’Apple qui n’a pas l’intention que son OS se retrouve sur de « funestes caisses à savon » (des PC), un fait est évident : il est tout à fait possible de faire « tourner » tous les OS sur un MAC, ce qui n’est pas encore le cas – en tous cas légalement – sur un PC…

Comment ? Grâce à la virtualisation et des logiciels ad hoc, dont les deux plus réputés se tirent depuis des années « une bourre » monumentale : d’un côté Fusion de VMWare, l’éditeur leader de la virtualisation dans le monde, de l’autre Parallels et son logiciel desktop (une version réseau existant également). 

Ce dernier a profité il y a quelques semaines de l’édition 2009 du salon Macworld pour annoncer une mise à jour de la version 4 de son logiciel de virtualisation Parallels Desktop for Mac qui, depuis sa sortie au mois de novembre, aurait déjà été écoulé à plus de 300 000 copies dans le monde, et notoirement en France où sa réputation est excellente. A la clé : la possibilité de faire tourner en parallèle (sans jeu de mot) de Mac OS n’importe quelle version de Windows (depuis Windows 3.0 jusqu’à Vista, et même la bêta de Windows Seven !) ainsi qu’une cinquantaine d’OS en tout, pour peu que le Macbook, l’iMac, le Mac Pro ou le Mac Mini soit doté d’une technologie de processeurs Intel, ce qui est le cas de toutes les gammes depuis deux ans…

Attention : ici, il s’agit bien de faire tourner deux systèmes d’exploitation en même temps, dans une ubiquité totale, et non de rebooter le Mac, ce que permettent « nativement » les ordinateurs d’Apple via Bootcamp. 
Au chapitre des nouveautés Parallels Desktop 4.0 for Mac, de nombreuses améliorations  dont les plus récentes s’appellent support des Shaders Model 2 de DirectX 9.0, celui des instructions SSE4 d’Intel pour de meilleures performances avec les applications multimédia, progrès significatifs en matière d’usage CPU (du pain béni pour les utilisateurs de MacBook et MacBook Pro qui voient la durée de vie de leurs batteries s’allonger). On notera aussi que Windows sait se lancer automatiquement en arrière-plan à l’ouverture d’un logiciel classé « Windows » sur le bureau Mac. De même, on retiendra qu’on peut désormais faire glisser directement des fichiers Windows dans le Dock des applications Mac OS X !
Reste le prix, pour accéder au logiciel une fois la période d’essai gratuite de 15 jours :  79,99 euros. Correct, sans plus.

Son pesant de nouvelles fonctionnalités et raffinements

La version 4.0 c’est beaucoup de raffinements en plus qui lui font rattraper et dépasser le concurrent de toujours, Fusion de VMWare (en attendant sa prochaine version). Ainsi, on hérite depuis la V 3.0 d’une nouvelle interface plus simple et d’un mode «  Start Up », en plus d’un auto configurateur très bien conçu, permettant de démarrer, stopper et configurer ses espaces virtuels en un tournemain. C’est aussi l’apparition d’iPhone Access qui, comme son nom l’indique, permet depuis un iPhone de démarrer et arrêter à distance une session Windows depuis l’écran de son « joujou » favori.  Moins attendue, mais pas bête : l’arrivée de la reconnaissance vocale, mais pour l’heure elle n’a guère d’intérêt pour les français et les francophones (les termes à prononcer sont exclusivement en anglais).
Pour les utilisateurs de Mac en réseau, il est possible de virtualiser Mac OS X Server Leopard au sein d’une machine virtuelle Parallels Desktop.
Autres points forts : la fonction « Modality » grâce à laquelle on peut dimensionner Windows directement sur son Bureau Mac pour surveiller et afficher plusieurs VM sur un même écran, la fonction « SmartMount Removable Device » pour « monter » simultanément les périphériques amovibles dans Windows et Mac OS X pour un accès instantané dans les deux OS.

 

Et côté performances ?

De gros progrès ont été réalisés dans ce domaine. On peut ainsi créer des VM 32 et 64 bits puissants avec une prise en prise du SMP 8 voies et de 8 Go de RAM virtuelle et l’éditeur annonce une amélioration des performances de 50% à partir d’un moteur de virtualisation turbo ! Le tout assorti d’un Hyperviseur adaptable qui optimise les performances en contrôlant les ressources système de Windows et Mac. Côté graphiques aussi, la prise en charge de DirectX 9.0, de DirectX Pixel Shader 2.0 et d’OpenGL 2.0, avec 256 Mo de mémoire vidéo changent la donne. D’autant, que les utilisateurs à l’âme verte seront contents : les batteries gagnent 20% de durée de vie avec le mode d’économie Mac PowerSaver.
(voir ci-dessous l’annonce d’un test qui fait ressortir vainqueur Parallels face à Fusion).

Pour les développeurs et les administrateurs IT, l’intérêt de cette nouvelle mouture de Parallels est majeure. En permettant de virtualiser les OS de serveurs leaders d’aujourd’hui (Leopard Server, Snow Leopard Server et Windows Server 2008/2003) dans un environnement invité et en profitant de fonctionnalités de classe Entreprise encore meilleures (Boot PXE, Outils de clonage de VM & prise en charge du script et de la CLI) ces professionnels de l’installation d’ordinateurs et de gestion de parcs seront aux anges.

Pour tous les autres utilisateurs, Parallels a a mis une cerise sur le gâteau avec un bonus en logiciels chiffré à 160 euros !  Outre tous les utilitaires livrés avec la solution de virtualisation (Image Tool, Compressor, Clips, Parallels Explorer), Parallels Desktop 4.0 pour Mac ajoute en effet une panoplie logicielle complémentaire. A la clé : un outil de sécurité Internet (Parallels Internet Security par Kaspersky, excusez du peu), la protection des données (Acronis True Image Home) ainsi que la gestion du disque (Disk Director Suite du même Acronis).

– Annexe –
Parallels Desktop 4.0 pour Mac sort vainqueur d’un « bench» face à VMware Fusion
Parallels vient de se réjouir, par voie de communiqué de presse, des résultats du benchmark de MacTech (un support spécialisé et dédié aux seuls Maceux) qui a comparé Parallels Desktop 4.0 pour Mac et VMware Fusion 2.0.1. Selon cette étude, Parallels Desktop 4.0 pour Mac est « 14 à 20% plus rapide que VMware Fusion » dans la plupart de ses tests. Le dossier complet est disponible à l’adresse : http://www.mactech.com/articles/mactech/Vol.25/25.04/VMBenchmarks/index.html

Les exercices en laboratoire ont consisté à comparer les deux solutions de virtualisation dans plus de 2 500 situations. Les tests ont jaugé les performances de Windows XP et Vista sur quatre modèles Mac distincts : MacBook White, MacBook Pro, iMac et Mac Pro.
Ont été testé les performances d’exécution des applications compatibles Windows les plus utilisées, parmi lesquelles Internet Explorer.

MacTech constate que « VMware Fusion était, à plusieurs reprises, plus lent que Parallels Desktop dans les tests Internet Explorer ». Sa conclusion : « Parallels Desktop a un volume de RAM étonnement petit… qui était en fait inférieur au total de RAM configuré pour la machine virtuelle.»  Ce, grâce à un hyperviseur adaptable et à une meilleure gestion de la mémoire. Côté graphiques, Parallels Desktop n’est pas en reste, et le rapport de test de conclure : « Dans nos tests, les utilisateurs du MacBook v
ivront une meilleure expérience avec Parallels Desktop ».

Considérations du dossier d’étude :
– « Pour les OS Windows 32 bits fonctionnant sous un même processeur virtuel, Parallels Desktop est 14% plus rapide que VMware Fusion pour exécuter XP et Vista 14%. »
– « Pour les OS Windows 32 bits fonctionnant sous deux processeurs virtuels, Parallels Desktop est 20% plus rapide que VMware Fusion pour exécuter Vista. »
– « Pour les OS Windows Vista 64 bits fonctionnant sous deux processeurs virtuels, Parallels Desktop est 15% plus rapide que VMware Fusion. »

Des constats qui remplissent d’aise (on s’en doute) Serguei Beloussov, CEO de Parallels : « Les résultats de ce benchmark confortent d’autant plus le retour que nous avons de nos utilisateurs et nous sommes ravis de voir un acteur respecté dans ce marché se faire l’écho de leurs ressentis. Depuis le début des tests, nous avons sorti un build mis à jour (3810) pour Parallels Desktop 4.0 pour Mac. Nous sommes certains que ce build offre des performances et un support graphique encore meilleurs. Il s’agit d’une mise à jour gratuite pour les clients actuels de la version 4.0. Elle conforte notre engagement perpétuel à innover nos produits pour continuer à satisfaire les besoins de nos clients. Nous invitons nos clients à télécharger le test gratuit sur notre site Web s’ils souhaitent tester eux-mêmes le produit. »