Microsoft ouvre ses « Online Services » en France

Stratégies Channel

Lancé en novembre 2008 aux Etats-Unis, l’offre Online Services (SaaS) s’étend à l’Europe. Elle se concentre dans un premier temps sur les services Exchange, Communication, Sharepoint et Live Meeting.

Microsoft profite de l’ouverture du Cebit 2009 d’Hanovre (du 3 au 8 mars) pour annoncer en ce mardi 3 mars, la commercialisation de son offre Online Services en France et dans 18 autres pays. Annoncée en juillet 2008 et lors de la conférence développeurs PDC d’octobre dernier, les « Online Services » sont le pendant des serveurs d’entreprise directement hébergés chez Microsoft. « Ces services font partie intégrante de la stratégie Software + Services », rappelle Marc Jalabert, directeur marketing de Microsoft France lors d’une conférence en ligne. Stratégie qui vise à compléter l’offre applicative Office du poste de travail par une suite de services disponibles en ligne depuis ces applications locales et que Microsoft déploie aujourd’hui à l’échelle mondiale après avoir lancé l’offre aux Etats-Unis en novembre dernier.

Concrètement, l’offre Online Services comprend les serveurs Exchange, Communication, Sharepoint, Live Meeting estampillés « Online » (Exchange Online, etc.) pour les distinguer des produits de l’offre traditionnelle. Ils permettront aux utilisateurs, ainsi qu’aux administrateurs, d’avoir accès à ces outils soit depuis Outlook, soit depuis un simple navigateur Web et, donc, de n’importe où sur la planète. Un avantage indéniable pour les employés itinérants où en infogérance qui souhaitent retrouver leurs données (fichiers, annuaires, etc.) et environnements de travail habituels au sein comme à l’extérieur de leur entreprise.

Deux offres qui tombent à pic… en pleine crise

Online Service est d’ailleurs proposé sous deux formes : Business Productivity (Information Worker), qui bénéficie de toutes les fonctionnalités pourvues habituellement depuis les serveurs de l’entreprise d’Exchange; et Deskless Worker pour les utilisateurs occasionnels depuis un poste web mais avec des fonctionnalités limitées. Pour le moment proposée en version d’évaluation, l’offre sera commercialisée, à partir d’avril 2009, sous forme de produits individuels ou à travers une suite complète. La Suite Business Productivity Online sera facturée 12,78 euros (hors taxe) par mois et par utilisateur tandis que les tarifs des applications en ligne individuelles varient de 2,13 à 8,52 euros. De son côté, la Suite Deskless Worker offrira Exchange et Sharepoint Online pour un tarif hyper compétitif de 2,56 euros mensuel par utilisateur.

Selon Marc Jalabert, l’offre « correspond aux attentes des clients car ils sont facturés à l’usage et l’entreprise a la certitude qu’elle paye ce qu’elle utilise ». Soit exactement la définition du mode SaaS, que Microsoft fait sien pour compléter ses gammes de logiciels sous licences perpétuelles.

Selon le responsable, « le marché est considérable en France ». Il s’appuie notamment sur les 25 millions de PC d’entreprise dont 13 millions ne sont pas attitrés et 3,7 millions disposent d’un compte Exchange. Selon Microsoft, Business Productivity Online permettra aux entreprises d’économiser entre 10 et 50 % de leurs dépenses informatiques.

Microsoft va s’appuyer sur ses partenaires habituels (10 000 en France) pour commercialiser ses services en ligne avec des conditions alléchantes. Les sociétés de service qui implémenteront la solution de Microsoft se verront rétribuer 18 % de la vente la première année et 6 % les années suivantes. Une opportunité de revenus incrémentiels motivante pour les partenaires déjà engagés à travers le conseil, la migration, la personnalisation ou l’administration du système d’information.