Pour Gartner l’industrie PC va souffrir de son plus fort déclin historique en 2009

Stratégies Channel

Annus Horribilis en perspective pour le cabine d’études international qui prédit, chiffres à l’appui, que l’industrie du PC va connaitre le plus fort déclin de son histoire en 2009 ! Les livraisons de PC devraient totaliser 257 millions d’unités en 2009, soit une baisse de 11,9% par rapport à 2008 et ce, en dépit de la vigueur du segment des netbooks ou mini-notebooks qui amortira seulement à la marge cette baisse jamais vue jusqu’ici.

Le marché des  PC va connaître en 2009 sa plus forte baisse en volume de l’histoire, avec 257 millions d’unités écoulées, soit une baisse estimée de 11,9% d’une année sur l’autre. Record battu, et de loin, puisque la pire année observée jusqu’ici par le cabinet d’études avait été  2001, au cours de laquelle les livraisons de PC avaient baissé de 3,2%.

« L’industrie PC doit faire face à des conditions extraordinaires avec une économie mondiale qui  continue à s’affaiblir, les utilisateurs de PC allongent volontairement la durée de vie de leur matériel et les fournisseurs de PC se montrent de plus en plus prudents», a déclaré George Shiffler, directeur de recherche chez Gartner.

Aussi bien les marchés matures qu’émergents vont souffrir d’un ralentissement du marché sans précédent. Jusqu’à présent, les marchés émergents avaient enregistré leurs plus basses croissances en 2002 avec un +11,1%. Les marchés matures avaient eux enregistré leur plus faible croissance en 2001, avec – 7,9%. En 2009, ce sera bien pire  avec un recul de 10,4% des marchés émergents et – 13% pour les marchés matures !

La croissance des marchés matures et émergents sera tirée par une dynamique similaire, même si les impacts précis vont varier quelque peu. Le ralentissement de la croissance du PIB affaiblit généralement la demande et la lenteur de la pénétration de nouveaux acteurs, va allonger la durée de vie des PC en réduisant le phénomène de substitution. Quant aux fournisseurs, la prudence sera de mise et ne manquera pas d’impacter les stocks à un plus bas historique jusqu’à ce que la confiance dans une potentielle reprise se fasse jour “, a déclaré M. Shiffler. “L’impact du non renouvellement du parc installé sera particulièrement aigu au sein des marchés matures, où le phénomène de substitution pèse pour environ 80% des livraisons de PC.

Et les Netbooks ?

Les livraisons globales de PC devraient atteindre les 155,6 millions d’unités, soit 9% d’augmentation par rapport à 2008. Les livraisons de desktops devraient atteindre les 101.4 million units, soit une chute de 31,9% par rapport à 2008. Les PC nomades et portables connaitront la croissance essentiellement sur le segment des Netbooks (ou mini-notebook) qui contineront de progresser en 2009 mais avec une croissance moindre. En dehors de ce segment précis, les autres livraisons de PC  portables connaitront une croissance limitée en 2009 à 2,7%, avec une valeur en légère baisse. 

Les livraisons mondiales de Netbooks sont attendues aux environs des 21 million d’unités en 2009, à comparer avec les 11,7 millions d’unités écoulées l’an passé. De quoi amortir quelque peu le ralentissement global du marché PC, mais pas suffisant pour empêcher une décroissance sensible du marché, d’autant que les prévisions attribuent toujours à ces nouveaux engins une part réduite des expéditions de PC en 2009 (environ 8%).

Pour Angela McIntyre, directeur de recherche chez Gartner “le marché des mini-notebooks divise les vendeurs mais va couronner les machines à écrans 9″ et 10 ” plutôt que celles dotées d’écran de 7″ à 8 “écrans“. Elle ajoute : “Dans la majorité des cas, les utilisateurs s’orientent vers des systèmes avec des écrans plus grands et de plus grandes capacités, les systèmes à écrans 8.9 pouces qui étaient la norme dans la seconde moitié de 2008, vont laisser la vedette à des systèmes munis d’écrans plus grands et disposant de plus grandes capacités, pour un coût légèrement plus onéreux bien que les prix vont  continuer de baisser. À la fin de 2008, le prix moyen aux États-Unis d’un netbook avec écran 8.9 pouces, Microsoft Windows XP et un disque dur de 160 Go s’est situé aux environs de 450 $. Nous espérons que le prix moyen de la même machine pourrait tomber à 399 $ d’ici la fin de cette année.

A noter que, contrairement à une idée fausse véhiculée ici et là, ce sont  les marchés matures qui continuent d’être les premiers consommateurs de mini-ordinateurs portables. Mais, avec des prix qui continuent de baisser, les pays émergents sont susceptibles d’être encore plus attirés.

Bon point soulevé par les analystes de Gartner : les fabricants OEM et le channel sont en mesure de réagir plus rapidement aux conditions changeantes du marché que les années précédentes. Des marges ultra-minces et les enseignements tirés en 2001, ont convaincu les vendeurs de PC et le channel de la nécessité d’investir dans leur supply chain. Des investissements qui ont donné beaucoup plus de visibilité de la demande, même si les produits sont en grande partie en cours de construction en Asie par des tiers avec donc de longs délais à la clé.

 
La saisonnalité normale signifie généralement que le sell-in du troisième trimestre est plus fort que le sell-out, pour cause d’effets induits par les inventaires. En revanche, au cours du quatrième trimestre 2008, les vendeurs ont clairement vu les signaux d’une demande en petite forme et ont aussitôt réagit en envoyant le message jusqu’aux chaînes d’approvisionnement afin de stopper la production“, a déclaré Charles Smulders, Vice Président chez Gartner. “Dans le même temps, le channel a réduit les niveaux de stocks en raison de la combinaison incertitude économique et resserrement du crédit. Contrairement à 2001, les fournisseurs ont été en mesure de réagir assez rapidement aux signaux et faire l’inventaire des risques avec leurs fournisseurs de composants.

Et le dirigeant de Gartner d’espérer une demande plus forte d’ici la fin de l’année que celle qui prévaudra au cours du premier semestre 2009, avec un channel qui a volontairement réduit ses stocks à des niveaux historiquement bas.