Travail collaboratif et synchronisation, partenaires indissociables

Stratégies Channel

Il y a encore quelques années, les outils collaboratifs dormaient au fond des disques durs. Désormais, le besoin de partager des informations (calendrier, contacts) et l’avènement des terminaux mobiles ont fait émerger le besoin de synchroniser des données entre un PC, un serveur et un terminal mobile. Tant qu’il s’agissait de relier un PDA à un portable par un câble, tout allait presque bien…

Par Philippe Gilbert, Président d’Alinto

… Mais aujourd’hui, faire communiquer et synchroniser de nombreux appareils devient un vrai casse-tête pour les utilisateurs et les administrateurs. Et il faut noter que les protocoles historiques comme SyncML ont certaines limites. Ainsi, même si ce dernier reste intéressant par son support des standards, le protocole est restreint : la gestion des participants est sommaire par exemple.

Bien entendu, des environnements « traditionnels » comme Exchange existent pour répondre aux besoins de synchronisation étendus. Mais leur caractère propriétaire, leur positionnement financier et le manque d’interopérabilité représentent un réel obstacle pour de nombreuses entreprises et organismes publics. Dans ce contexte, l’émergence de nouveaux protocoles unanimement reconnus par l’industrie (le plus célèbre étant  CalDAV) semblent s’imposer.  CalDAV est un protocole d’accès standardisé à des calendriers, c’est-à-dire plus précisément des agendas ou plus globalement des collections d’événements, via des protocoles et formats standards largement utilisés et éprouvés tels que HTTP ou WebDAV…

Ainsi, le support du protocole CalDAV utilisé par des clients lourds tels que Thunderbird, Apple iCal va permettre un niveau de service équivalent à Exchange pour des coûts réduits. Les entreprises bénéficieront alors d’une réelle alternative à Exchange sans qu’elles aient à acquérir de licences. Aucun plugin à installer, pas de paramétrages complexes, la synchronisation entre un PC (ou MAC) et les serveurs de messagerie proposés se fait de manière instantanée et automatique. Cette notion de simplicité est un élément fort qu’il convient de parfaitement prendre en compte. En effet, face à des solutions complexes à mettre en œuvre les entreprises tendent à ne pas déployer leurs projets.

On notera que l’aspect collaboratif (et particulièrement la gestion partagée des agendas et des contacts)  est un domaine important qui permet à la fois d’optimiser le modèle organisationnel des entreprises mais également d’accroître leur qualité de service. En effet, véritable outil de productivité, la messagerie est désormais plus qu’une simple boite mail et  se positionne comme une plate-forme collaborative stratégique. Son ouverture et son partage est donc une donnée importante notamment avec le développement des usages liés au travail à distance. Il est alors crucial de pouvoir accéder et partager ses informations.

L’industrie ne semble d’ailleurs pas s’y tromper. Ainsi de nombreux fournisseurs de solutions de messagerie dont Apple et Oracle reconnaissent la pertinence des nouveaux protocoles et particulièrement de CalDAV. Grâce à ces protocoles. Microsoft le supportera-t-il dans les futures versions de l’incontournable Outlook ? En tout cas les possibilités de synchronisation automatique devraient pouvoir être rapidement étendues dans une logique industrielle et financièrement acceptable.