RDX Quikstor 500 Go : la solution de sauvegarde locale idéale pour les PME

Produits & Services

Performances et simplicité sont au rendez-vous de cette solution de sauvegarde sur cartouches. Dommage que l’offre logicielle soit limitée à Windows.

Tandberg Data fait évoluer sa solution de stockage sur cartouches RDX Quikstor. Le constructeur nous livre une nouvelle mouture dotée d’unités de 500 Go de stockage (320 Go précédemment). Une belle capacité pour cet outil exclusivement optimisé pour la sauvegarde locale proposé en version interne ou externe en interface USB 2.0 ou Serial ATA (SATA) 1.0.

Au design des plus simplistes, s’ajoute une sobriété qui en fait un produit discret mais d’une grande classe, l’ensemble dans un format disque dur 3,5 pouces environ (4,14 x 14,6 x 17,19 cm et 635 g. pour le modèle externe). On notera de plus la robustesse de son châssis très peu encombrant qui donne une impression de solidité et de résistance aux chocs.

L’accès aux données ne pose aucun souci. Il suffit à l’utilisateur d’insérer sa cartouche dans le RDX. Celle-ci ‘monte’ sur le poste de travail comme pour n’importe quel périphérique USB. Une fois le volume affiché, le transfert des données s’effectue de manière habituelle à coups de copier/glisser-coller.
Si l’usage du RDX se veut d’une simplicité exemplaire, on peut également regretter celle de son interface logicielle FileKeeper. Pour commencer n’imaginez pas installer l’application si vous êtes sur une autre plateforme que Windows (2000, XP, Server 2003 et Vista). Les utilisateurs sous Linux et Mac OS devront se contenter d’une gestion manuelle des données. Ou utiliser d’autres solutions de sauvegarde, voire développer leur propres scripts d’automatisation de backup.

Ergonomie perfectible

Petit détail : le CD d’installation fourni n’est pas en mode autoplay. Il dispose d’une image ISO qu’il faut monter sur l’ordinateur pour installer le logiciel. Ceci n’est pas très dérangeant au demeurant mais on se demande ce qui a motivé les concepteurs à préférer ce système aux dépens d’un exécutable d’installation traditionnel.

Ensuite vient le plus gros du problème : l’interface est particulièrement pauvre. Uniquement proposée en anglais elle est limitée à trois options : Test (interfacé par les led, Read, Write et Self-test) Discovery (recherches des périphériques RDX) et Mise à jour (du firmware).

Performances au top

Mais si l’interface est décevante, les performances le sont beaucoup moins. Par rapport à ses concurrents, le RDX se place en pôle position avec des débits tournants autour de 27 Mo/s en écriture et 23 Mo/s en lecture. De plus, le RDX est calibré pour supporter de multiples accès. Configuré en mode réseau, le RDX affiche entre 100 et 230 Mo/s de bande passante pour 1 à 50 utilisateurs. Un taux qui tombe à 5 Mo lorsqu’on se rapproche des 500 utilisateurs.

Pour ceci on ne peut que plébisciter le RDX comme une excellente solution de stockage en local pour les PME et petites structures qui recherchent avant tout un produit simple, plutôt performant, fiable et économiquement abordable. Le RDX Quikstor avec une cartouche de 500 Go est proposé à 475 euros hors taxes (HT). Le prix de la cartouche seule 500 Go s’élève à 339 euros HT.

Maxime Cortesi est technicien pour le compte de la société Intellique.