Nominations

E-Mail 'Psion Teklogix : "Netbook, c'est moi, et nul autre"' To A Friend

Email a copy of 'Psion Teklogix : "Netbook, c'est moi, et nul autre"' to a friend

* Required Field






Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.



Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.


E-Mail Image Verification

Loading ... Loading ...
0 0

Un fabricant d’équipements et de matériel électroniques, Psion Teklogix, revendique la paternité du terme “netbook”. D’après le blog spécialisé jkOnTheRun, la société londonienne a envoyé, par l’intermédiaire de ses avocats, des courriers à plusieurs entreprises et médias du Web pour leur demander de ne plus l’utiliser. Il est régulièrement employé pour désigner ces minis ordinateurs portables à bas prix.

Psion Teklogix affirme avoir déposé la marque aux Etats-Unis, en Europe, au Canada, à Singapour et à Hong-Kong. Le fabricant a, en effet, produit un terminal baptisé “Netbook Pro” il y a quelques années et a commencé à utiliser la marque “Netbook” dès 1999. Aujourd’hui si la fabrication de l’appareil qui fonctionne sous Windows CE a été stoppée, il est encore possible de se procurer des accessoires pour celui-ci.

Dans un courrier adressé au bloggeur de jkOnTheRun, les avocats de Psion Teklogix précisent leur action. “Nous avons envoyé des lettres à ceux qui tirent un profit financier direct de l’utilisation de la marque déposée Netbook“.

Psion s’en prend à ceux qui tirent profit de la marque Netbook

Ils affirment que 95% de leurs courriers ont été envoyés à d’autres fabricants et à des distributeurs. Les 5% restant ont été adressés à des sites Web qui utilisent la marque dans des publicités ou qui affichent des liens renvoyant vers d’autres sites qui monétisent le terme Netbook.

0% du courrier a été envoyé à des blogs, des sites de fans ou de testeurs dédiés aux nouvelles technologies“, écrivent-ils admettant que journalistes et bloggeurs doivent bien utiliser un mot pour désigner les PC portables low cost. Même s’ils ne comptent pas entamer des poursuites judiciaires à leur égard, ils les encouragent toutefois à préférer un autre terme dorénavant. Au revoir netbooks et bonjour ultra-portables.