En 2008, les PC de bureau ont perdu la partie…

Stratégies Channel

Le cabinet d’études iSuppli est formel : 2008 restera comme l’année où les ventes mondiales d’ordinateurs portables ont été supérieures à celle des PC de bureau. Une inflexion du marché qui, selon iSuppli, a démarré au troisième trimestre, d’abord aux Etats-Unis et au Japon, et ensuite partout ailleurs dans le monde…

On s’y attendait un peu, mais sans doute pas si tôt : le cabinet d’analyses iSuppli, dans son dernier rapport en date, indique que dans le monde, au troisième trimestre 2008, les ventes de PC portables ont dépassé celles des ordinateurs de bureau. Certes de peu, mais la tendance s’est sans doute encore amplifiée au cours du quatrième et dernier trimestre de l’année. 

iSuppli estime ainsi qu’il s’est écoulé aux environs des 38,6 millions de portables contre 38,5 millions de desktops, entre juillet et septembre 2008. Soit une croissance de 15,4 % par rapport au troisième trimestre 2007, et surtout une croissance de 40% des ventes de notebooks contre une décroissance de 1,3% pour les PC sédentaires.

Après les Etats-Unis, premier territoire à avoir constaté la « prise de pouvoir » des notebooks, la tendance est désormais mondiale et le marché japonais peut faire figure de bon révélateur. Sur l’archipel nippone, la JEITA – association regroupant les plus gros vendeurs de PC, tels que Sony, Toshiba, Fujitsu, etc. – a indiqué qu’en novembre 7 ordinateurs vendus sur 10 était des portables ou des ultra-portables…

Une dynamique vertueuse est apparue sur le marché des notebooks depuis un certain temps, ce n’est donc pas une surprise que les livraisons de portables aient dépassées celles des ordinateurs de bureau“, explique Matthew Wilkins, analyste chez iSuppli. “Toutefois, ajoute-t-il, il s’agit là d’un événement majeur pour le marché des PC, car il marque le vrai début de l’âge du notebook.

D’autres explications peuvent être invoquées pour justifier ce retournement de marché : l’apparition et le succès du segment des netbooks (plus de 14 millions d’unités vendues en 2008), les progrès réalisés par les entreprises en matière d’équipement à l’Internet mobile et puis surtout une baisse généralisée des prix ou encore un rapport performance/prix qui ne plaide plus depuis longtemps en faveur des desktops.

Nos confrères d’Eweek USA évoquent, au-delà de l’engouement des particuliers pour les portables, un basculement rapide également des marchés SMB. Le site explique : « les notebooks offrent désormais des batteries de longue durée et plus de fonctionnalités et de puissance qu’ils n’en ont jamais offerts ». Le site ajoute que, pour les revendeurs, il s’agit d’une bonne nouvelle car les possesseurs de notebooks et les entreprises qui équipent leurs salariés de telles machines,  sont de gros consommateurs de périphériques en tous genres. De quoi compenser quelque peu l’inexorable baisse des prix des ordinateurs…  


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur