Philippe Mendil, PDG de Cards Off: “Notre solution est la version moderne de la lettre de crédit irrévocable du moyen-âge”

Stratégies Channel

Connaissez-vous Cards Off ? Non ? Cette interview de Philippe Mendil, son PDG, devrait éclairer votre lanterne sur une solution récente et très prometteuse qui permet de faire exploser les craintes d’acheter en ligne à l’aide d’une carte de crédit…

Channel Insider France – Bonjour Philippe Mendil, vous êtes le PDG de la société Cards Off. Pouvez-vous vous présenter en quelques mots et nous résumer votre parcours ?

Philippe Mendil – J’ai contribué à monter la communauté EDI automobile française au début des années 90 alors que j’étais en charge de ce secteur d’activité chez General Electric Information Services, leader mondial de l’EDI.
J’ai appris comment développer une communauté de clients et de fournisseurs reliés par des moyens électroniques : la phase 1 du commerce électronique BTOB.
Ensuite j’ai passé 4 ans chez META Group société d’analyse du marché et des technologies de l’information rachetée par le GARTNER Group. Puis j’ai occupé différentes fonctions de directions commerciales France / Europe / Monde chez CAMBRIDGE Technology Partners, Netigy, Multimédia Network Computer et iAnywhere avant de prendre la présidence de CARDS OFF. J’ai la chance et l’honneur d’animer une équipe pluridisciplinaire et multiculturelle de talents au service d’un projet fédérateur d’envergure mondiale. En quelque sorte une synthèse du savoir faire développé au fil du temps.

Que pouvez-vous nous dire d’abord sur votre société, créée en 2005 ? Avez-vous des projets de recrutement pour 2009 ?

Je n’ai rejoint CARDS OFF qu’après l’été 2007. La société a été créée effectivement en 2005, a obtenu le statut de Jeune Entreprise Innovante, a déposé des demandes de brevets en Europe et aux Etats-Unis ainsi qu’un PCT (dépôt international de brevet). CARDS OFF vient de participer à la conférence Tech Crunch à San Francisco qui rassemblait les jeunes pousses les plus prometteuses du moment venant de 49 Pays différents.

Oui nous avons bien l’intention de recruter en 2009, au fur et à mesure de nos succès commerciaux et de notre implantation hors de France, notamment aux Etats-Unis et dans les grands pays européens. Nous sommes actuellement une douzaine et nous faisons travailler en plus 52 prestataires extérieurs. Nous pourrions être rejoints par plus de 50 personnes salariées d’ici fin 2009. Mais nous n’anticiperons pas sur les succès futurs. Ce mode de développement étant révolu y compris sur Internet.

Qu’apporte aux clients finaux comme aux e-Tailers vos solutions Cards Off ? En quoi sont-elles supérieures aux solutions déjà existantes ?

S’agissant des clients finaux, le syndrome Camif est le plus parlant et rend (hélas) de grands services à CARDS OFF. Avec CARDS OFF l’argent du consommateur n’est réellement transféré qu’à bonne fin de livraison. Nous allons ainsi dans le sens d’une protection accrue du consommateur, souhaité notamment par Luc Chatel au travers de ces différentes lois et propositions de loi. Avec CARDS OFF le paiement effectif uniquement à la livraison c’est possible et cela fonctionne déjà.

Nous avons également travaillé sur le pendant pour le site marchand de cette protection supplémentaire du consommateur. Dès que nous avons sécurisé l’argent de l’achat réalisé par le consommateur sur un compte bancaire spécifique de paiement dans la même banque que celle de l’acheteur, nous informons le site marchand qu’il peut procéder à la livraison. A bonne fin de livraison nous lui virons l’argent sur son propre compte bancaire. C’est le principe de la lettre de crédit irrévocable porté sur Internet et automatisé.

En quoi nos solutions sont elles supérieures à l’existant ? Voici quelques exemples.
–    Avec CARDS OFF vous ne payez plus vos achats en ligne d’avance.
–    CARDS OFF est déjà 4D Secure. Nous sécurisons en effet la transaction de bout en bout et donc tous les acteurs intervenants (Acheteurs, Vendeurs, Banquiers, Logisticiens) alors qu’à ce jour la plupart des solutions disponibles ne sécurisent que 2 voire 3 acteurs de la chaine e-commerce mais rarement pour ne pas dire jamais la totalité. Nous avons en particulier mis au point une solution de sécurisation forte de la réception de la livraison à base de puce RFID, complété par l’envoi (par SMS) d’un code secret unique pour chaque livraison sur le téléphone portable du consommateur.
–    CARDS OFF coûte moins cher au site marchand. CARDS OFF a décidé de ne pas prendre de commissions sur le chiffre d’affaires des sites marchands. De fait, nous réduisons sensiblement le coût de l’encaissement de leur argent, nous contribuons également à réduire les impayés et le cout de réexpédition de colis déjà livrés mais jamais arrivés où dont la réception est contestée par le consommateur.
–    La solution CARDS OFF est déjà utilisable sur les Smartphones et autres Iphone. Dans le courant du premier trimestre 2009, elle sera utilisable sur tout type de téléphone portable. De telle sorte que vous puissiez payer vos achats sur Internet et vous faire livrer de manière sécurisée en déclenchant ces processus à partir d’un simple téléphone portable.

Quelles sont vos principales cibles de clientèles et comment commercialisez-vous vos solutions ?

Notre cible principale est actuellement B2B et notre communication est orientée en conséquence même si notre plateforme gère le B2C et le B2B, et même potentiellement le C2C. Ce dernier canal oblige à ouvrir un vrai métier. Il faut être prudent et sérier nos priorités.

Les points majeurs à retenir sont les suivants :
–    35% des internautes français n’achètent pas encore en ligne. Environ 1/3 de ces 35% pour une seule raison. Ils ne veulent pas utiliser la carte bancaire pour payer des achats en ligne.
–    Sur les 21 Millions « d’acheteurnautes » français, environ 1/3 également disent payer avec appréhension lorsqu’ils utilisent leur carte bancaire et serait prêt à utiliser un moyen alternatif comme CARDS OFF.
–    24% des internautes français achètent sur des sites étrangers. Cette tendance devrait se développer.
–    Lorsque vous consultez les conseils donnés aux acheteurs pour acheter et payer des achats en ligne avec votre CB, il est frappant de constater qu’il est la plupart du temps recommandé d’acheter sur des sites marchands connus ayant pignons sur la toile. Dommage pour les plus petits sites, sérieux qui pourraient davantage développer leurs affaires si l’environnement global était encore plus sécurisé.

Avez-vous déjà réussi à convaincre de « grands » acteurs du commerce en ligne de « basculer » sur Cards Off ?

C’est en cours. Nos efforts de commercialisation ont débuté lors du dernier salon e-Commerce qui s’est tenu du 23 au 25 Septembre 2008 à la Porte de Versailles. Nous avons reçu un excellent accueil chez tous les grands marchands que nous avons rencontrés. Notre offre, notre discours, notre business model sont novateurs.

Les grands sites marchands français sont devenus plus matures, plus industriels et très professionnels. L’analyse d’impact de changements même mineurs de processus est toujours traitée avec le plus grand soin par les organisations matures. Donc cela prend un peu de temps et c’est bien normal. La question n’est pas de savoir si mais quand. Le premier grand site à basculer créera l’appel d’air pour les autres. Et puis dans la période actuel, tous les sites ont l’œil rivé sur la réussite de la période des fêtes de Noel et c’est bien normal. Cela n’empêche pas nos signatures auprès de sites plus rapides en décision.

Nous venons de mettre en ligne notre première grosse référence avec le site www.ps-performance.com (voir dossier dans ces colon
nes) un des leaders européens de la vente d’accessoires motos sur le Net. De plus, nous avons également mis beaucoup l’accent et d’énergie sur la signature effective d’un premier contrat de partenariat avec une société de transport et de logistique spécialisé dans la livraison à domicile de produits achetés par les Internautes.

Nous fondons beaucoup d’espoir dans ce premier partenariat avec la société Adrexo, filiale du Groupe Spir Communications, qui entend augmenter le niveau et la qualité de service de la livraison à domicile, sans coût supplémentaire.

La crise économique que nous commençons à traverser est-elle un frein ou au contraire un fantastique argument pour vos solutions ?

Je dirai presque hélas que c’est une fantastique opportunité pour CARDS OFF pour plusieurs raisons :

a)    Les acheteurs vont être de plus en plus sensibles à la notion de sécurité de leurs achats à la pérennité des marchands sur lesquels ils vont acheter. Une mère d’une famille qui gagne 2000 Euros net par mois, qui dépense 250/300 Euros dans un aspirateur et qui n’est pas livrée alors que son compte à été débité d’avance – puisqu’elle a payé par carte, est absolument furieuse à raison si, non contente d’être livrée, elle ne peut pas récupérer immédiatement son argent. Avec CARDS OFF son argent sera stocké dans sa banque, sous le contrôle de celle-ci et sous l’observation du site marchand à qui est destiné cet argent. L’argent sera restitué sans frais à cette acheteuse en ligne si la livraison n’est pas opérée.

b)    Réciproquement, les sites marchands vont devoir se préoccuper encore plus qu’auparavant de la solvabilité de leurs clients.  Ils vont également devoir s’assurer plus qu’avant de l’indéfectible bonne foi de leurs clients.

c)    Les banques surtout dans le contexte actuel de crise financière se doivent également d’être plus vigilantes sur la solvabilité des clients et leurs encours de cartes bancaires. Il est intéressant de noter que les limites du transfert de responsabilité lié à la mise en place de 3D Secure n’ont pas encore été testées. Comment les banques des porteurs de carte vont-elles réagir si le nombre d’appels en garantie de paiement devient massif. Une grande partie du système de confiance des consommateurs dans le paiement par carte bancaire sur Internet est basé sur l’hypothèse qu’en cas de problèmes d’usurpation des numéros ou tout simplement de dysfonctionnement, le consommateur est systématiquement remboursé. Il est impératif que ce pilier ne flanche pas faute de quoi y compris pour CARDS OFF ce pourrait devenir un frein majeur au développement de l’e-commerce.

d)    Dans un contexte récessif les marges des sites marchands et des logisticiens sont mises à rude épreuve. Tout ce qui contribue à dédouaner la responsabilité des chauffeurs livreurs et de leur employeur va dans le bon sens. De même, le discours sur la meilleure maitrise des coûts va devenir beaucoup plus d’actualité chez les sites marchands. Dans un contexte de forte croissance du marché, même si la concurrence s’exacerbe, la priorité des sites marchands est tournée vers la conquête de chiffre d’affaires et de parts de marché. En période de crise, la maitrise rigoureuse des coûts et le maintien de la profitabilité sont synonymes de survie.

Dans quelle direction souhaitez-vous développer l’activité de Cards Off et comptez-vous vous appuyer sur des acteurs tiers au niveau régional, national ou international pour commercialiser ou promouvoir vos solutions ?
Très clairement, notre priorité va à la réussite de notre stratégie de lancement des activités. Conquérir de nouveaux sites tous les jours qui peuvent offrir des abonnements CARDS OFF à leurs clients car nous leur faisons gagner plus d’argent en réduisant leur coût est notre préoccupation de tous les instants, que ce soit sur Paris / RP ou bien en Province.

Nous sommes d’ores et déjà sollicités pour aller ouvrir des opérations en Italie, en UK, Allemagne et surtout aux Etats-Unis. Aujourd’hui encore plus qu’avant quand on est pressé on va doucement mais vite quand même. Et puis, nous n’avons mis sur le marché que 10% de ce qu’on nous avons dans nos cartons.

Pour terminer sur un sourire, le nom de votre société est-il, au-delà de son sens évident en anglais, un hommage au compositeur de Carmina Burana, Carl Orff ?

Disons honnêtement que nous avons pensé avant tout à faire efficaces au plan mondial.
CARDS OFF est certes un peu réducteur par rapport à ce que nous faisons déjà et avons en tête de faire. Mais, notre marque parle d’elle-même et dans le monde entier. Ce qui est suffisamment rare pour être souligné s’agissant d’une entreprise 100% française.
Mes souvenirs de latin, ne me permettent hélas pas de saisir toute la portée de l’œuvre remise au goût du jour (pour l’époque avant guerre) par Carl Orff mais j’y vois malgré tout une similitude avec CARDS OFF : le fait d’aller rechercher dans le passé et similairement au Moyen Age s’agissant de la Lettre de Crédit Irrévocable, la source d’inspiration et de progrès.

Monsieur Mendil, je vous remercie.

Plus d’infos sur www.cardsoff.com