La vidéo en ligne met en scène les mots !

Stratégies Channel

De toute évidence, la vidéo en ligne a été sous les feux de l’actualité cette année. Les grands médias l’ont intégrée à leurs stratégies Web de façon à répondre à la demande des consommateurs désireux de visionner leurs programmes favoris à tout moment et partout. Cependant, le potentiel réel de la vidéo en ligne ne se résume pas à regarder sa série préférée sur son ordinateur, voire de la télécharger sur son téléphone portable ou son PDA. Il s’agit plutôt d’offrir aux consommateurs ce qu’ils recherchent sur le support le plus convivial possible…

par Guy Westlake- Product Manager EMEA et Delphine Théolier- Marketing Manager West Europe de Vignette.

… Le passage du texte et des images statiques à un support plus dynamique et attrayant n’en est qu’à ses balbutiements, mais nous sommes sur le point de basculer dans une ère nouvelle. La vidéo n’est plus une simple option pour les entreprises tournées vers le Web. Elle occupe désormais une place prépondérante sur leur site Internet.

 La vidéo est à ce jour le canal le plus séduisant pour les clients, indépendamment du type d’entreprise, d’industrie ou de secteur. Imaginez quelques instants que les « vidéonautes » soient tous des clients potentiels. D’après le cabinet Comshare, au mois de Mai 2008 25,2 millions d’internautes français ont visionné 2,3 milliards de vidéos. L’audience de Youtube et Dailymotion en France a récemment dépassé les 12.5 millions et 10 millions de visiteurs uniques.

Un support privilégié

Aujourd’hui, il est clair que les consommateurs préfèrent un support visuellement dynamique pour se distraire ou s’informer. Selon le Solutions Research Group, le nombre total d’heures consacrées aux divertissements vidéo sera de huit heures par jour en moyenne d’ici le début 2013 – l’équivalent d’une nuit de sommeil – et ce temps sera consacré à la vidéo en ligne pour la plus grande partie.

Le plus fascinant, en ce qui concerne l’émergence du Webvideo, est que cette évolution n’est pas le fait des fournisseurs de bulletins d’information et de divertissements. Dans leur grande majorité, les entreprises surfant sur la vague de la vidéo ne font pas partie du monde des médias. Les grandes enseignes telles que Nike et Apple mais aussi des petits commerces ou des restaurants de proximité par exemple s’y sont déjà mis. Ces entreprises partagent toutes un désir intense de faire impression, de mobiliser le consommateur et de le fidéliser. Le Web est aujourd’hui le principal point de contact avec la clientèle et le premier canal de distribution de nombreuses entreprises. Quant à la vidéo, elle fait figure de Saint-Graal en offrant sur le Web un moyen convivial d’éduquer, de divertir et de fidéliser la clientèle.

L’entreprise centrée sur le Web

Depuis qu’elle est entrée sur notre lieu de travail, la vidéo a  transformé considérablement toutes les activités de l’entreprise, la vente, le marketing ainsi que la communication et bien sur les relations avec les investisseurs. Mais aussi, la formation du personnel. A ce jour, il y a encore beaucoup de scepticisme quand on parle sur le marché de mettre des vidéos en ligne. La première cause est identifiée, dans les entreprises, les dirigeants ne savent pas encore très bien comment faire payer l’accès à la vidéo. La réponse à cette question est assez simple: la vidéo génère, créée de l’activité commerciale sur les sites Web et les entreprises voient très rapidement leurs bénéfices croîtrent si les vidéos sont adaptées aux attentes de leurs clients.

À l’extérieur, les entreprises sont mieux en mesure de séduire leurs clients, leurs partenaires et leurs prospects par des vidéos de démonstration, de présentation et didactiques sur les produits. Dernièrement, Apple a diffusé une vidéo de 30 minutes – mi-guide, mi-publicité – pour accompagner le lancement de son nouvel « iPhone ». Blendtec, un constructeur d’électroménager attribue l’augmentation de 700 % de son chiffre d’affaires à sa série Web très suivie Outre Atlantique “Will it Blend?”.

En interne, la vidéo deviendra la principale forme de communication. Imaginez un message d’accueil vidéo inséré dans un e-mail personnel ou un mémo vidéo pour la direction. D’ailleurs, cette dernière forme de communication est déjà en place chez les pionniers dans ce domaine, tels que British Telecom. De même, la vidéo constitue une réponse aux problématiques de partage de connaissances. Les vidéothèques par exemple pourront permettre au personnel d’accéder à d’immenses référentiels de vidéos pédagogiques et didactiques.

Sous leur forme la plus sophistiquée, les créateurs de vidéos en ligne deviendront des réseaux d’entreprise. Ils diffuseront ainsi en permanence des actualités et des informations pour les clients, les employés et les partenaires.

Ce futur est probablement beaucoup plus proche que vous l’imaginez…