StorCenter ix2 : premier disque NAS de Iomega sous bannière EMC

Produits & Services

Les nouveaux produits de stockage Iomega vont bénéficier des technologies de stockage et sauvegarde d’EMC, nouveau propriétaire du constructeur depuis avril.

Iomega annonce le StorCenter ix2, un périphérique de stockage en réseau et premier NAS commercialisés depuis l’acquisition de l’entreprise par EMC en avril 2008. La stratégie vise notamment à introduire les technologies EMC développées pour ses solutions professionnelles sur les produits plus généralistes d’Iomega.

En l’occurrence, le ix2 vise à la fois les clients résidentiels et les utilisateurs professionnels, notamment au sein des petites entreprises. Le disque intègre deux disques, inamovibles, de 500 Go chacun (une version 1 To est également disponible) en mode RAID 1 (miroir) par défaut. Le mode RAID 0 (JBOD, l’ensemble est vu comme un seul disque) peut être activé. Une interface Ethernet Gigabit et deux prises USB 2.0 complètent la configuration.

La version 2×500 Go est proposée à 300 euros.

Comme nombre des produits Iomega à venir, le StorCenter ix2 est fourni avec LifeLine, l’environnement opérationnel NAS qu’EMC réserve à ses partenaires OEM. Pour son nouveau disque réseau, Iomega a mis l’accent sur la simplicité d’installation et d’utilisation. Par exemple, lors de l’installation, l’application auto-détecte les différents périphériques du réseau. L’utilisateur n’a plus qu’à désigner les périphériques et répertoires qu’il souhaite partager.

Si les utilisateurs résidentiels trouveront matière à partager photos, vidéo et musique au sein du foyer familial (le disque supporte les protocoles de reconnaissance des périphériques certifiés UpnP et DNLA), le ix2 servira essentiellement de disque de sauvegarde réseau et serveur de fichiers aux professionnels. Lesquels pourront s’appuyer sur l’application Retrospect Express développée par EMC et qui permet de configurer le backup automatique des données depuis tous les postes concernés. Une licence illimitée (en nombre de postes) est fournie avec la solution. RSA, autre filiale d’EMC spécialisée dans la sécurité, complète les solutions de chiffrement (TrueCrypt) et protection des données.

Le StorCenter dispose par ailleurs de fonctionnalités innovantes. Comme la reconnaissance de l’imprimante comme périphérique de réseau dès qu’on la branche en mode USB sur le nouveau NAS. Iomega reconnaît cependant que cela ne fonctionne pas avec toutes les imprimantes, particulièrement les multifonctions pour lesquels les services de numérisation ou photocopieur ne sont pas supportés. Une fonction de vidéo-surveillance, via une caméra compatible Axis, est également disponible. De plus, le disque supporte l’Active Directory, ce qui éviter la déclaration manuelle unitaire de chaque profil d’utilisateur. Dont les droits desquels sont par ailleurs administrables traditionnellement avec gestion des mots de passe selon les accès.

Le disque, compatible Windows, Linux et Mac OS (10.3 et plus) fait naturellement office de serveur FTP. Il supporte le Bluetooth 2.0 (via un dongle) et ses fonctions de streaming assure la qualité de service en cas de requêtes multiples simultanées. Enfin, une fonction de sauvegarde automatique se déclenche lorsqu’il reçoit une alerte de l’onduleur en cas de panne de courant.

En revanche, les fonctions d’accès à distance via Internet ne sont pas encore proposées en standard (même s’il reste possible de configurer manuellement l’accès au disque depuis l’extérieur du réseau local avec les risques de sécurité inhérents). La fonction de remote access sera déployée à l’occasion de la prochaine mise à jour du firmware, probablement en 2009, souligne le constructeur.

L’occasion de proposer également un client BitTorrent pour échanger des données en mode peer-to-peer directement sur le disque. « Il s’agit de la première mouture d’un produit assez abouti pour assurer sa commercialisation », souligne George Melissargos, chef produit NAS zone EMEA chez Iomega, « mais il est amené à être enrichi avec les technologies de EMC notamment. »

Article initialement publié sur eWeekEurope.fr