Fusion HP-EDS : 9330 licenciements en Europe, un nouveau président à la tête d’EDS France

Stratégies Channel

Le Comité d’Entreprise européen d’HP qui se réunissait jeudi dernier à Londres a confirmé qu’il y aurait près de 10 000 suppressions d’emplois en Europe, pratiquant toutes ciblant les équipes d’EDS. EDS, dont la filiale française voit arriver un nouveau président chargé notamment de mener « à bien » cette importante restructuration.

HP l’avait annoncé. Parmi les quelques milliers de suppressions de postes planifiés, l’Europe et la France ne seraient pas épargnées.
C’est confirmé depuis jeudi dernier et la réunion du Comité d’Entreprise européen d’HP qui se tenait à Londres. Un chiffre : pas moins de 9 330 postes vont être supprimés sur le « vieux continent » dans le cadre de la fusion avec EDS. Soit 38% des 24 600 suppressions d’emploi annoncées le 15 septembre dernier (voir notre article précédent sur le sujet ICI).

Comme on s’y attendait, c’est EDS qui supportera essentiellement le poids de la restructuration, avec 90% des postes supprimés qui l’affecteront directement, soit 8 400 postes en moins sur un effectif européen estimé à 35 770  personnes. Et si la répartition par pays n’est pas encore connue, des syndicalistes présents à la réunion ont indiqué que la France pourrait être le quatrième pays le plus touché en nombre de postes supprimés, derrière la Grande-Bretagne, l’Allemagne et l’Italie. Ce qui représenterait au bas mot 500 emplois, soit le quart de l’effectif total d’EDS France… Des postes d’abord administratifs, mais il y a fort à parier malheureusement que des activités « plus stratégiques », comme l’assistance technique ou l’édition de logiciels ne soient aussi touchées de plein fouet.

Eric Leveugle nouveau président d’EDS France

C’est désormais officiel : Eric Leveugle, jusqu’ici directeur des activités services de HP France, prend la présidence d’EDS France (à la place de Francis Meston). Dans un mail interne envoyé aux équipes de la SSII, il explique que lui incombe de « garantir la meilleure intégration possible [ndr : de EDS à HP], tant pour les clients, les collaborateurs que les actionnaires ». C’est donc lui qui devra procéder au plan national à la restructuration du groupe, avec donc au moins 500 suppressions d’emplois à la clé.