Ares : une période d’observation prolongée, des licenciements prévus

Stratégies Channel

Appelé à se prononcer dans le cadre du redressement judiciaire d’ARES, le Tribunal de commerce d’Evry vient de décider de prolonger de quatre mois la période d’observation de la société, avec en filigrane une poursuite prévisible d’activité mais avec des coupes claires dans l’effectif…

On s’y attendait, la nouvelle a été confirmée le lundi 8 septembre par le Tribunal de Commerce d’Evry : la période d’observation d’ARES, dans le cadre de la procédure de redressement judiciaire – en cours depuis le 18 juillet dernier -, a été prolongée pour une période de quatre mois.

Plan de continuation, 35% des effectifs en moins

Dans la foulée, la direction d’ARES a présenté un plan de continuation dont les faits saillants sont un  recentrage de l’activité de la firme sur les services et, hélas, des coupes claires dans le personnel qui devrait se voir amputé de 35% (soit 700 personnes  en moins sur les 2000 que comptait ARES au début de l’été).

Cela dit, cette séparation douloureuse avec une large partie du personnel devrait être adoucie – si on peut dire –  du fait des cessions d’activités, dont certaines sont encore en cours. Ainsi, on ne devrait assister « qu’à » une centaine de suppressions d’emplois. 

Seule  l’activité « infrastructures Sud-Ouest », dont les repreneurs potentiels ont jeté l’éponge, risque aujourd’hui de mettre la clé sous la porte, avec à la clé une quarantaine de personnes qui « resteraient sur le carreau ». A moins qu’un nouveau repreneur se fasse connaître…