CRM : L’américain Salesforce s’empare du français InStranet

Tendances IT

En rachetant le français InStranet, Salesforce met la main sur une épatante technologie d’analyse contextuelle des informations qu’il va pouvoir ajouter à son offre en ligne.

Un proverbe chinois dit : « Quand l’appétit est là, il faut le rassasier ». S’il peut s’appliquer à la boulimie de médailles de l’empire du milieu aux JO qu’il organise, il peut aussi dans un tout autre registre s’appliquer à la boulimie de  Salesforce, leader mondial du CRM à la demande.

Reuters nous annonce en effet que celui-ci vient de s’emparer d’un de nos fleurons dans ce domaine, InStranet,  pour la modique somme de 31,5 millions de dollars (soit environ 21,3 millions d’euros). Une information confirmée par l’éditeur français sur la page d’accueil de son site Web.

Créée en 1999 par Alex Dayon et Jean-Noël Grandval, deux anciens de Business Object (racheté par SAP en début d’année), InStranet développe la technologie « Dimensions » de gestion contextuelle de bases de connaissances. Sa situation financière était exceptionnellement bonne avant le rachat, Salesforce précisant que la firme française dispose d’une trésorerie de 4,2 millions de dollars et n’a aucun endettement.

Pour Salesforce, en mettant la main sur InStranet, il s’agit de bénéficier de « Dimensions » qui, selon toutes vraisemblances, sera intégrée à son offre CRM pour enrichir la qualité de ses services de recherche d’information de ses clients, notamment dans l’offre Customer Service & Support très prisée des centres d’appels. Seul bémol : Salesforce devra nécessairement développer une version Saas en ligne de « Dimensions » car la solution d’InStranet a été conçue pour se déployer sur site.