Zone Alarm Force Field de Checkpoint isole les navigateurs dans une bulle protectrice

Produits & Services

Comment faire quand on est une PME peu fortunée mais que son personnel navigue régulièrement sur la toile à la portée des dizaines de menaces que le Web induit ?

Il y a des solutions suffisamment stables et peu onéreuses, voire gratuites (quand elles sont libres), pour dormir sur ses deux oreilles. Parmi celles-ci on peut désormais compter sur Zone Alarm Force Field de Check Point qui, comme son nom l’indique, installe sur chaque poste autour du navigateur Web un « champ de force » qui l’isole et protège le poste des attaques, des spywares et autres tentatives de phishing…

Peu coûteuse (20€ pour un utilisateur, 35€ pour trois postes), cette solution qui s’inscrit bien dans la lignée du légendaire Zone Alarm est en réalité une sorte de solution de virtualisation fonctionnant comme une sandbox sans impacter le moins du monde le fonctionnement habituel de l’OS (Windows XP ou Vista). A cet espace de virtualisation créé autour du navigateur s’ajoutent deux moteurs (l’un heuristique, l’autre par signatures) contre les spywares et le phishing. De même les keyloggers et autres malwares sont ciblés et pris dans leurs filets… En revanche, nul impact sur les téléchargements, exception faite des logiciels ou bouts de code signalés dans la liste noire de Checkpoint.

Installé en un tournemain Z.A.F.F., s’insère en douceur dans le navigateur (IE6 ou IE7, Firefox 2, la version finale de Firefox 3 n’était pas encore disponible au lancement du logiciel) et vient avec sa propre barre d’outils depuis laquelle on paramètre son comportement. En bonus : une icône (« Privé ») permettant d’un clic de faire place nette et d’éliminer efficacement ses données personnelles à la fin d’une session de navigation sur la toile (historique, fichiers téléchargés, cookies, cache, etc.).

De la grande ouvrage dans la lignée des produits de sécurité de Checkpoint et sans se ruiner…