Tristan Bouchoux, Directeur du Channel chez Intel France : « Nos 5000 intégrateurs en France sont au plus près des clients finaux »

Stratégies Channel

A l’orée d’un été et d’une rentrée qui s’annoncent importants pour le monde du channel informatique, Tristan Bouchoux – Directeur du Channel chez Intel France – a bien voulu répondre à nos questions. L’occasion d’aborder de nombreuses problématiques intéressant directement tous les acteurs des marchés IT sur lesquels, en dépit de la concurrence de toujours avec AMD, Intel est plus que jamais dominateur, notamment quand il s’agit de solutions mobiles et professionnelles.

Bonjour Monsieur Bouchoux, comment se présente globalement la fin de l’année pour Intel France du côté du Channel ?

Tristan Bouchoux Nous avons connu une très grosse croissance dans le channel, sur les deux trimestres qui viennent de s’écouler, alors que dans le même temps le marché était quelque peu atone. Notre trend de croissance est d’environ +30%, ce qui n’est bien sûr pas en ligne avec les résultats engrangés par le marché par ailleurs.

Quelles technologies souhaitez-vous mettre en avant sur le dernier trimestre 2008, qui vont vous permettre de confirmer voire d’amplifier ces bons résultats ?

La date à retenir est à coup sûr le 15 juillet, avec l’arrivée de Centrino 2. Et je peux vous dire que des intégrateurs seront prêts à cette date, ce qui n’était pas le cas au lancement du Santa Rosa Refresh. On peut même dire que c’est la première fois, dans le domaine de la mobilité, que nous serons prêts dès le jour du lancement ! Et ça change tout… D’emblée le plus large choix en Centrino 2 pourra se faire chez les intégrateurs. Du reste, les 10 et 12 juin derniers, à l’occasion de nos Intel Channel Conferences, les partenaires ont été aidés afin de passer commande suffisamment à temps pour recevoir « just in time » les produits qui vont leur permettre d’offrir très rapidement des solutions pertinentes et puissantes au marché.

Comptez-vous également beaucoup sur la technologie Atom ?

Certainement. Je voudrais rappeler qu’il n’y a pas un mais trois modèles bien différents issus de la technologie Atom :
– L’Atom pour les Netbooks de type EEEPC, qui sont des outils de communication et de consultation d’Internet, simples et pas chers ;
– L’Atom pour les MID ou ordinateurs de poche, qui font tourner des applications exigeantes dans un format poche (c’est la compacité qui est son premier argument, ainsi que son rapport performances/consommation énergétique)
– Enfin, il y’a l’Atom dédié aux produits fixes. Il est soudé sur les cartes mères des desktops au format mini-ITX (170 mm x 170mm).
Pour les MID, nous communiquons sur le label de « Centrino Atom » ce qui signifie : présence d’un processeur Atom, d’un chipset Intel, d’une communication sans fil Wi-Fi ou Wimax, d’un fonctionnement intégral sur batterie et le tout doit tenir dans la poche. Nous ne sommes qu’au début de cette technologie. De plus en plus de constructeurs vont proposer des solutions intéressantes et de plus en plus économiques (bien que ce ne soit pas son critère majeur de différentiation), avec de nombreuses innovations à la clé.

Et VPro ?

Comme son nom l’indique, cette technologie est dédiée aux pros. A ce titre, elle n’a donc pas bénéficié de l’imposante communication Grand public d’Intel.

Cela dit, ca se passe bien et VPro continue d’évoluer. Notamment avec l’arrivée en V4 d’Intel Active Management Technology avec de nombreuses améliorations à l’appui. Par exemple : un nouveau poste utilisateur connecté au réseau sur base VPRO, se voit automatiquement – dès qu’il est connecté au réseau – configurer jusqu’à la finalisation du login Windows ! C’est un gain de temps réellement énorme en administration. L’activation de VPro est, je le rappelle obligatoire pour pouvoir exploiter ses caractéristiques. Nous savons que les grosses entreprises, administrations et grosses associations, avec lesquelles on travaille, exploitent cette technologie (par exemple Le Secours Poplaire).

A chaque conférence de presse ou convention de constructeur partenaire d’Intel, il y a désormais la présence d’un porte-parole d’Intel. Cela fait-il partie des obligations ou des engagements du constructeur ? S’agit-il d’une stratégie d’accompagnement permanent et d’une volonté de contrôle par Intel de la communication autour de ses solutions technologiques ?

A partir du moment où le rythme d’évolutions est soutenu, que nous offrons des gravures de plus en plus fines, beaucoup de nouveaux processeurs et chipsets pour très nombreux usages, les produits Intel au sein des offres de constructeurs ont de plus en plus d’importance.
Ce sont ces constructeurs qui nous sollicitent et souhaitent notre présence. Nous répondons à cette attente tout simplement. Par rapport à nos concurrents sur les solutions portables, nous sommes heureux de pouvoir témoigner que nous sommes à la fois plus puissants et moins consommateurs d’énergie, donc plus autonomes. Par exemple : nous avons présenté notre nouveau modèle du chipset qui gère de manière dynamique le signal Wi-Fi afin d’optimiser la consommation électrique.

Comment avez-vous fait évoluer vos réponses aux demandes spécifiques du channel ?

Aujourd’hui nous avons à peu près 5000 intégrateurs en France, donc proches des clients. Ce sont eux qui sont les meilleurs vecteurs de communication pour plaider la qualité et la fiabilité de nos produits auprès des entreprises, des administrations, du grand public… Notre rôle : les former, leur donner voire créer pour eux tous les outils dont ils ont besoin pour réussir. Les évènements que nous organisons à leur attention sont généralement gratuits. En juin par exemple, nous avons monté un atelier à Paris et Marseille sur l’intégration de portables. Les intégrateurs présents ont pu mettre la « main à la patte » par petits groupes et découvrir beaucoup de choses. Dans la même veine, nous lançons le 30 juin un site qui s’appelle Monordiperso.com, qui va regrouper toutes les informations techniques et pratiques sur tous les modèles disponibles en France. On leur met aussi à disposition des affiches, sachant que le tout sera suivi d’une communication grand public, dans laquelle on dira où acheter.

Les machines sur mesure et le BTO ont apparemment un avenir, si on en croit les diverses initiatives de votre part récemment ?

Le BTO pur c’est pour des gens qui s’y connaissent. Par contre pour les autres c’est l’étape d’après : « on te propose ça, mais tu as besoin de changer tel ou tel composant »… Ce n’est pas nouveau, mais là on prend le taureau par les cornes et nous allons communiquer massivement sur les avantages du sur mesure et sur le « Where to buy ». N’importe quel revendeur qui propose du portable intégré peut entrer dans ce système et bénéficier de l’appui d’Intel. Nous sommes des facilitateurs de business. Le meilleur exemple du succès d’une telle stratégie a pu se voir dans le partenariat que nous avons noué il y a plusieurs mois avec l’enseigne Surcouf autour des machines « PC By Surcouf ».

En ce qui concerne la politique de prix, à quoi peut-on s’attendre dans les prochains mois ?

Nous avons toujours des prix mondiaux, les mêmes prix pour tout le monde. Ce qui a changé ces dernières années : la fréquence à laquelle on met à jour nos tarifs pour donner de la réactivité au marché. Il faut compter en moyenne une mise à jour tarifaire par trimestre. Stabilité et fiabilité de nos offres sont la garantie offerte de la part d’Intel que le tarif est «bon » pour toute une période et ce, quelle que soit la taille de l’acteur concerné.

La tendance au green-It est-elle un axe majeur de communication pour vous et comptez-vous vous servir de vos partenaires channels pour relayer ce message, que certains considèrent comme un argument essentiellement marketing ?

Le plus important est d’être Green, pas de s’en servir uniquement comme d’un argument marketing
. Nous faisons beaucoup plus que ce sur quoi nous communiquons, y compris en interne. Nous éliminons dans nos productions toutes sortes de composants néfastes pour la nature, comme l’halogène et le plomb, et le fait de travailler sans cesse sur la recherche d’une autonomie supérieure avec une charge moindre contribue aussi au développement durable. Quand on change la gravure, on va aussi nécessairement vers une baisse de la consommation puisque la dissipation est moindre. Cela dit, encore une fois, notre communication vis-à-vis de la distribution et du grand public n’est pas centrée sur le green-IT, nous préférons notamment parler en termes d’innovation et de fiabilité.


Auteur : admin
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur